Le jour ou j'ai pas dormi de la nuit

Publié le par Hello Stéphanie

De mieux en mieux mes nuits. Après la nuit dernière, j'ai franchement (pas) hâte de savoir ce qui va se passer ce soir. Après donc une bonne semaine d'insomnie à ne pas m'endormir avant un bon 3h du matin (c'est bien évidemment la faute à l'Américain, qui me fait passer mon bedtime, et du coup, quand je me couche, bin c'est plus mon heure). Pi comme tout cela me travaille un chouille, bin résultat, 3h, wide awake.

insomnia.jpg

Ouh la la ché pas ce que j'ai, chuis toute chose

Hier soir, en rentrant du théatre (Waiting for Godot de Samuel Beckett, fou), le sourire aux lèvres, j'avais décidé que NON c'était plus possible, il fallait que je dorme. Bon, dans le genre N'importe nawak, je pouvais pas faire mieux. Dans la même nuit:

- J'ai rêvé que mon proprio me foutait dehors pasque j'avais payé mon loyer avec 2 jours de retard en janvier (ça a du arriver deux fois en 5 ans quand même). Bon côté dignité, c'était un peu pathétique dans mon rêve. Je pleurais, je disais que c'était tro pinjuste, mais comment j'allais faire maintenant heiiiiin. Le pire c'est que Brian (nom de code charmant pour le jeune homme que je viens de commencer à ''fréquenter'' -ha ha-) était dans la pièce et avait donc droit au grand débalage.

Note pour plus tard: Si mon proprio veut vraiment me parler, s'isoler d'abord.

- J'ai ensuite rêvé de Brian, et alors que j'étais dans la voiture avec lui, Monsieur écoutait ses messages et je pouvais entendre la voix d'une fille le pourir, sur comment c'était un salaud, ou je sais plus quoi. Aurais-je un problème inconscient à croire un charmant bel homme quand il dit des choses gentilles ? Bin on dirait que oui vu la panique dans mon rêve.

- Enfin, dans la MÊME nuit, j'ai réussi à me blesser un muscle. En dormant donc. Ce n'est pas la première fois. Quand j'étais en France, avec la boxe, la capoeira, etc il m'arrivait de m'étirer tellement les jambes dans mon sommeil que je me blessais les mollets. Con, quoi. Bon nin la nuit dernière, j'ai fait le même genre de chose, et je me suis donc réveillée avec une douleur intense à l'intérieur de la jambe droite. Je suis quand même allée m'entrainer, mauvaise idée bien sûr, j'ai un peu failli pleurer en rentrant. No comment.

brian.jpg

Bon par contre le point positif à cette grosse loose, c'est qu'il semble que j'aie trouvé quelqu'un (juste à temps, punaise) pour s'occuper de moi. Coool. Son nom de code bloggesque, Brian, grand, les yeux bleux, vancouverois mais très élégant (noté le MAIS).

J'ai maaaaaaal.

Publié dans Lost In Vancouver

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

steph 14/01/2012 02:27


Mais c'est toujours le même euuuuuuh


lol

Nanou 14/01/2012 01:46


Bon mais s'ils s'appellent tous Brian on va plus rien piper!