Je viens de là, la Banlieue

Publié le par Hello Stéphanie

quartier.jpg

(c) Hello Stéphanie

 

Hier soir, en écoutant Grand Corps Malade chanter Je viens de là, j'ai pensé à d'ou je venais, mon enfance, mais surtout mon adolescence au collège et au lycée de Vénissieux. Ou je me faisais racketer mon goûter pendant la récré en 6ème, et j'avais peur. Ou je suis devenue plus forte. Ou je me suis faite bousculer par un merdeux du lycée technique, et que je lui ai rendu pace qu'on ne me marcherait plus sur les pieds. Ou un copain hyppie s'était retrouvé face à une arme dans les toilettes du bahut et avait tranquillement continuer son chemin, genre Tout va bien.

Et puis les jobs d'été. Centre social de Vénissieux, Lyon quartier chaud, la piscine ou venaient faire leur beau tous les gosses de Vénissieux, Saitn-Fons, Lyon 8ème. Les embrouilles, les problémes, et les amis collègues, des quartiers. Comment j'ai accompagné l'un d'eux dans son quartier. Une des tours des Minguettes. Qui puait la pisse, l'ascenseur qui marchait plus, les murs  couverts de tags, et les vitres cassées. Il s'en était sorti en s'engageant dans l'armée, et puis était devenu un Maître en Arts Martiaux.

 

Ah les Minguettes, Saint-Fons, les jeunes de Lyon 8ème... Combien de fois me suis-je demandée ''Et si... et si nous étions restés sur ce plateau, de quel côté serais-je allée ? ''.

Ces années ont largement contribué à qui je suis maintenant. Et j'ai réalisé hier soir qu'en étant partie si loin, j'avais aussi voulu en échapper, m'en éloigner, renoncer. Ou est cette flamme qui, il y encore 7-8 ans, me poussait à croire que je pouvais participer à un micro changement...?

Je me suis demandée hier soir, les larmes aux yeux, en écoutant les paroles si justes de Grand Corps Malade, que c'est aussi ce que j'aime de la France, la culture et la richesse de la rue.

 

J'viens de là et j'kiffe ça malgré tout ce qu'on en pense
A chacun son territoire, à chacun sa France
Si j'rends hommage à ces lieux à chaque expiration
C'est que c'est ici que j'ai puisé toute mon inspiration
...
J'viens de là où le langage est en permanente évolution
Verlan, rebeu, argot, gros processus de création
Chez nous les chercheurs, les linguistes viennent prendre des rendez-vous
On a pas tout le temps le même dictionnaire mais on a plus de mots que vous
J'viens de là où les jeunes ont tous une maîtrise de vannes
Un DEA de chambrettes, une répartie jamais en panne
...

point-fixe.jpg
J'viens de là où on aime le Rap, cette musique qui transpire,
qui sent le vrai, qui transmet, qui témoigne, qui respire,
J'viens de là où y a du gros son et pas mal de rimes ameres
J'viens de là où ça choque personne qu'un groupe s'appelle Nique Ta Mère
...
J'viens de là où on échange, j'viens de là où on s'mélange
Moi c'est l'absence de bruit et d'odeur qui m'dérange
J'viens de là où l'arc-en-ciel n'a pas 6 couleurs mais 18
J'viens de là où la France est un pays Cosmopolite
J'viens de là où plus qu'ailleurs il existe une vraie énergie
J'ressens vraiment c'truc là c'est pas de la démagogie
On a pas le monopole du mérite ni le monopole de l'envie
Mais d'là où je viens, c'est certain, c'est une bonne école de la vie
J'viens de là où on est un peu méfiant et trop souvent parano
On croit souvent qu'on nous aime pas mais c'est p'tet pas complètement faux
Il faut voir à la Télé comment on parle de là où je viens
Si jamais j'connaissais pas j'y emmènerais même pas mon chien


J'viens de là où comme partout quand on dort on fait des rêves
J'viens de là où des gens naissent, des gens s'aiment, des gens crèvent
Tu vois bien d'là où je viens c'est comme tout endroit sur Terre,
C'est juste une p'tite région qu'a un sacré caractère
J'viens de là où on est fier de raconter d'où l'on vient
J'sais pas pourquoi mais c'est comme ça, on est tous un peu chauvin
J'aurais pu vivre autre chose ailleurs, c'est tant pis ou c'est tant mieux
C'est ici que j'ai grandi, qu'je me suis construit...J'viens de la Banlieue

Commenter cet article

steph 14/07/2011 22:06



Merci merci pour les belles lignes (par contre, je ne connais pas encore le coréen).


 


Et oui j'ai bcp bossé dans le quartier Lyon Mermoz, et habitait juste à côté...



Steph.C 13/07/2011 13:36


Finalement, vous l'avez !! (l'art d'être synthétique) ;)


Philippe 13/07/2011 12:02



Bonjour,


félicitation, vous me ramenez à de bons souvenirs de l'INALCO et du pays du matin clair et frais...


brille brille petite étoile!


 



Steph.C 13/07/2011 07:54



Certes !
Ce texte me renvoie d'ailleurs à la profondeur d'une comptine coréenne ("작은별") que j'ai l'honneur de vous livrer ici :
...
반짝반짝 작은 별
아름답게 비치네

동쪽 하늘에서도
서쪽 하늘에서도
반짝반짝 작은 별
아름답게 비치네



Philippe 12/07/2011 23:37



Bonsoir,


Oui, sauf que Gainsboug précisait avec force que la chanson n'est qu'un art mineur dans une célèbre polémique avec Guy Béart (plus intéressant qu'il n'y paraît Guy Béart d'ailleurs...).


Et sur le thème universel de la Pauvreté, laissons une place à ce vieil Elvis:


Take a look at you and me,
are we too blind to see,
do we simply turn our heads
and look the other way

Well the world turns
and a hungry little boy with a runny nose
plays in the street as the cold wind blows
In the ghetto

And his hunger burns
so he starts to roam the streets at night
and he learns how to steal
and he learns how to fight
In the ghetto

Then one night in desperation
a young man breaks away
He buys a gun, steals a car,
tries to run, but he don't get far
And his mama cries

As a crowd gathers 'round an angry young man
face down on the street with a gun in his hand
In the ghetto

As her young man dies,
on a cold and gray Chicago mornin',
another little baby child is born
In the ghetto.......