''Alors c'est ça le vrai bilinguisme?...''

Publié le par Hello Stéphanie

2012-0751.JPG

22h heure Pacifique, 1h du mat heure Montréalaise... Ayant dormi 4 heures, trois nuits de suite, on dirait que mon corps s'est adapté au rythme insomniaque, trop cool. Hier, après m'être endormie comme une grosse bouse vers 23h, j'étais réveillée presque fraiche et pimpante à 3h30 du mat... 

Le froid m'a tuée et j'ai l'impression d'être épuisée de mauvaise fatigue (la bonne fatigue étant celle due à une bonne activité physique, à la gym ou en chambre). 

Anyway... L'autre jour, lors d'une sortie avec le groupe de nos Fellows en direction d'une grosse entreprise Québecoise pour y rencontrer son PDG, j'ai taillé le bout de gras avec un jeune journaliste québecois spécialisé en Politiques internationales. Je lui expliquais, sans Show off je le jure, que sans les deux langues dans ma vie quotidienne, mon équilibre était complétement perturbé. Je lui racontais qu'en France, ne parlant que Français (sauf quand je me parle toute seule du coup), j'avais l'impression de ne plus être complétement moi-même. Et idem à Montréal donc. Bon pour le coup à Montréal c'était du grand n'importe quoi puisque je devais switcher toutes les 37 secondes (Fellows et invités= Français, Collègues= Anglais, d'autres fellows=Anglais, Portier= Français, Boss= Les deux). 

Bref, je lui expliquais que l'anglais était devenue la langue de certaines activités précises... sans rentrer dans les détails. Ainsi, la langue du sport est totalement anglaise, je suis incapable de parler français à qqn dans une salle de sport, surtout à la boxe. Ou encore en chambre, l'anglais est devenu ma langue des sentiments (ou pas de sentiments, en fait) En passant les deux derniers jours en milieu complétement franco, je me suis dit, c'est pas possible. L'impression d'être dans le métro parisien avec ceux qui vous empêchent de sortir tellement ils sont pressés d'entrer dans la trame, bordel. 

Mon point est que je racontais ça à ce jeune homme, tout en marchant d'un pas rapide par Moins 23, et il me dit:

2012-0758.jpg

''C'est donc ça le vrai bilinguisme...''.

J'y ai repensé ensuite... Je sais pertinement que je suis encore loin d'être bilingue, mais je sais aussi que mon équilibre est complétement faussé sans une des deux langues, et que ma deuxième langue prend de plus en plus de place dans cet équilibre...J'imagine que le bilinguisme n'est pas seulement de maitriser parfait deux langues (après 6 ans, y encore du boulot), mais aussi un sentimement d'appartenance à une langue, comment celle-ci s'inscrit naturellement dans le quotidien sans qu'on y réfléchisse plus...


Publié dans Lost In Vancouver

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
<br /> Sexy touch ;p<br />
Répondre
S
<br /> oui mais le foutu accent ?!!!<br />
Répondre
C
<br /> +1 pour le billinguisme<br /> <br /> <br /> (as if that was a surprise ;p )<br />
Répondre
S
<br /> Tu trouveras des infos et liens utlies dans mes rubriques sur le Canada et vancouver à gauche :)<br /> <br /> <br /> Maitriser un peu d'anglais est la base, donc tout devrait bien aller !<br />
Répondre
M
<br /> Ah la la ...Le bilinguisme. Je vais arriver sur Vancouver dans un mois avec un Anglais courant mais loin d'etre bilingue. J'espère m'en sortir aussi bien et y rester aussi longtemps que vous.<br /> J'espère que les gens seront aussi "friendly" qu'on le dit et que je pourrais m'y faire des amis rapidement. Des conseils?(si vous avez du temps :-) )<br />
Répondre