Ce soir

Publié le par Hello Stéphanie

A quel moment peut-on enfin dire que l'on a tue ses demons, ses vieilles peurs, ses angoisses enfouies sous des dizaines d'autres souvenirs ? A quel moment peut-on vraiment se dire gueri-e des saletes du passe ? Est-ce que l'on se guerit vraiment, d'ailleurs, ou est-ce qu'on apprend simplement a vivre bien avec tout ca ?

A quel prix arrive-t-on a preserver ses reves de petite fille ?

Les annees passant, on apprend a accepter ses erreurs du passe, a depasser ses deceptions, concernant les autres (enfin surtout concernant les garcons pour ma part), a depasser aussi celles concernant soi-meme.

J'ai pense surmonter seule tous ces mauvais souvenirs de post-adolescente et de debut de vie d'adulte. J'ai pense avoir enfin surmonte ces freins a une vie epanouie et sans rancoeures. J'ai pense avoir ete plus forte que ces petits cons ayant passe sur moi leurs conneries de vingtenaires.

Et puis, un jour, non, plutot petit a petit, ca remonte, comme un frein a la nouvelle vie. On rencontre celui (ou celle) qui vous chavire le coeur, et tout remonte, tout est encore la, devenu comme un automatisme, une auto-protection qu'on ne controle meme plus.

J'imagine donc que c'est le moment ou il faut commencer une psychanalyse, ou du moins, ou il faut  se debarraser de cette merde. Pour avancer.

Est-ce que ca doit passer par Mettre des mots sur tous ces mauvais souvenirs, les verbaliser, alors qu'on a qu'une envie, c'est les taire, voire les cacher. Dedramatiser. Y a pire.

Je suis restee trois ans, mon record, avec un gars, qui, bien qu'adorable, me faisait attendre de 30 mn a 1heure, en plein hiver, dans une rue glauque a 21h30, parce que je lui laissais ma voiture pendant mon cours de danse. Je sechais vite mes larmes quand j'entendais les pneux crisser au coin de la rue, sachant qu'il serait furieux.

Y a pire, mais c'est plutot ridicule non ?

Effacer tout ca, oublier, et penser a maintenant, aujourd'hui, ce soir.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

stephanie 04/12/2006 16:33

Soph a vu juste. Je sais ce que c'est, je sais que c'est nul, mais ce sont des trucs enfouis depuis tellement longtemps qu'il est difficile de les evacuer.
Merci pour vos comms.

Sandrine 03/12/2006 20:15

Pareil: doutes, démons, et autres craintes ... Par contre, je pense que la solution n'est pas de les combattre mais de les comprendre... Perso, j'ai des pistes, des clés, pas toutes, pour tout démêler dans l'ordre ... Me sens un peu comme dans Fort Boyard, avec mes clés et mes énigmes, et ça, ça fout encore + les jetons .... 

Gajulie 03/12/2006 19:39

Cet article résonne tellement en moi...Première séance sur le divan demain soir pour moi... Enfin, première d'une thérapie que j'aurais choisie et non subie.Si les "vieux démons" ressurgissent là maintenant, ce n'est pas par hasard. Vivre avec, s'en accomoder, je n'y crois pas. Ils sont sournois et parviennent toujours à nous destabiliser, nous faire douter, particulièrement lorsque nous avons enfin l'impression d'être heureuses et d'avoir trouvé la bonne personne...Alors pour ma part j'ai décidé de les chasser définitivement de mon esprit... De les combattre et de ne plus les trainer, de ne plus les laisser prendre le pouvoir...

Soph' 03/12/2006 16:54

La psychanalyse peut aider...en effet.Et c'est précisément pour se libérer de la répétition, des schémas que l'on a soi même mis en place, ou des échecs que l'on programme soi-même inconsciemment, qu'elle s'avère utile, voire parfois nécessaire.J'ai l'impression à te lire que tu en es là... la peur du retour du même....

maya 03/12/2006 16:51

Il ne s'agit pas d'oublier. Connaitre ce que l'on a été, c'est savoir ce que l'on ne veut plus être et c'est ce qui permet d'avancer. Dans mon cas, seule l'analyse m'a permis ces deux choses... mais je ne conseillerai l'analyse à personne (c'est affaire trop personnelle!!) sans toutefois la déconseiller...
Merci pour les photos de Kits.