Etre une femme liberee, tu sais c'est pas si facile

Publié le par Hello Stéphanie

Voila comme ca c'est fait, la moitie de mes 367.450 lecteurs a cette chanson dans la tete pour toute la journee, hin hin hin.

La semaine derniere, je racontais ma soiree C'est la fete du Slip ou comment essayer de trouver un coup d'un soir pour la modeste somme de $60. Je le rappelle, le super coach expliquait aux femmes de l'assistance comment mettre ses seins en avant pour attirer le Male (decooonnnne) ou de facon plus generale, comment liberer son ptit cote Bitch, ca marche(rait) toujours.

Donc j'ai mis ca en pratique des aujourd'hui.
Non j'ai pas montrer mes seins. Il fait froid dehors.

J'etais dans ma vieille voiture allant a l'ecole pour la mensuelle reunion pedagogique (durant laquelle j'ai pris un fou rire, avec Valentin, suite a une de mes blagues vaseuses, mais tres drole donc, meme que j'avais pas pris de fou rire depuis, pfiou, tout ca). Et donc, je conduisais pepere quand je vois le sosie Blonde de Victoria Cure-dent Beckam traverser la rue. Genre gros SUV noir, jean moulant et perchee sur hauts talons, petit blouson cuir et surtout coupe de la mort qui tue, si elle, elle sortait pas juste du coiffeur, coupe au carre plongeant, meches blondes, bref, la fashion victim dans toute sa splendeur (oui enfin si on trouve que Victoria est fashion :s). Bref, je la regardais en pensant a des trucs gentils sur elle, genre, quel clone !
Et la, la madame, qui paradait sur le trottoir se prend une vautre, mais une vautre, que meme si elle avait voulu le faire expres pour un film, ca n'aurait pas pu etre mieux.
Genre une vautre en 2 temps : Je plante d'abord le talon dans un rebord, je pars en avant, je sais que je vais tomber mais ca vient pas. AU lieu, je prends de la vitesse.
Et alors, je tombe, comme une grosse merde, il faut le dire comme c'est. Les genoux, les mains, la grosse merde quoi.

Apres environ 1 seconde pendant laquelle j'ai verifie qu'elle s'etait pas mangee la face non plus, j'ai ri mais j'ai ri. Surtout que tout le monde regardait mais personne y allait.

Punaise, qu'est-ce que j'ai ri toute seule dans ma caisse.

Bon ca va hein. Au moins, y a une justice.
Oui pasque j'avais du oublier de raconter comment je me suis vautree samedi dernier dans mes escaliers. Et j'avais meme pas bu en plus.
Je partais au cocktail de l'Ambassadeur au tirage des rois chez l'Attache Culturel, avec dans une main mon sac a mains (ouvert. Note pour plus tard : Fermer the purse before leaving), dans l'autre, ma salade de fruits pour le diner d'apres, et aux pieds des ptits talons.
Des la deuxieme marche, mes pieds ont fait greve, et j'ai donc devale mes 10 marches (heureusement recouvertes de moquette) sur le cul et les coudes.
Arrivee en bas, non seulement j'ai retrouve mes cles en haut, mon telephone dans la salade de fruits, et le reste de mon sac eparpille sur chacune des marches, mais EN PLUS, ma voisine avait choisi CE moment-la, pour sortir me dire bonjour. Resultat, elle a vu une grosse conne se prendre une grosse vautre dans les escaliers.

Donc bon, la blondasse cet aprsm', c'est bien fait pour elle.
NA !

Publié dans J'adOOOre

Commenter cet article

Nanou 01/02/2009 04:49

Mes enfants diraient que tu t'es croûtée ou que tu t'es pris une rêche...Désolée _ non je ne ris pas_ j'adore juste ces mots!Mise en situation: "la clone de Vicky Beckham qui se la surpétait s'est croûtée grave dans la rue" (:-) Marrant, non?

ameline 31/01/2009 07:48

Je tombe régulièrement dans la rue (enfin ça m'est arrivé deux fois!)et heureusement les deux fois j'étais avec ma meilleure amie (qui doit croire que j'ai un gros pb d'équilibre d'ailleurs...), du coup grosse marade, rien de cassé et ça va, personne ne rigolait dans sa voiture (enfin peut être mais j'ai pas vu...):-D