Le jour où j'ai dépeuplé la forêt amazonienne

Publié le par Hello Stéphanie

Ou comment j'ai rangé mes bureaux
(oué bin j'aurais mieux fait de le faire avant)

Hier après-m', et pi encore ce matin, et pi cet aprèsm aussi, jai rangé mes bureaux. Oui, MES, parce que j'avais aussi un bureau à la fac du temps où j'étais reconnue socialement en tant que thésarde et chargée de TD (chouette !). Depuis, je suis devenue une merde, un rebus de la société avec un put** de diplôme de doctorat qui sert à rien, même pas à soigner les garçons gens (mais chuuut, j'essaie de faire croire que j'ai le droit). J'ai déjà du jeter 22 kg de papiers, et j'ai pas encore fini. Je ne pensais pas que jeter pouvait prendre autant de temps. En même temps, c'est de ma faute, je garde tout. Il a fallu que je fasse plusieurs tas :

- Le tas 1 : Comment ai-je pu garder ce merdier ? Le tas "Je Jette sans aucun doute". Ainsi, j'ai jeté des kilos de papiers, vieilles cartes d'anniversaire toutes moches (genre des roses ou un vieux chat tout rabougri, la spécialité de l'une de mes grands-mères), dossiers de presse de films complètement nuls, etc etc. Ah pi aussi qqs photos d'un ex (vous les gardez vous les photos de vos exs qui  vous ont pris-e pour un-e conn-e ?)

- Le tas 2 : "Je garde mais ça reste à Lyon" : Documents de cours, articles de recherche, thèse (on ne sait jamais, si l'université ou le CNRS décidait de me recruter un jour comme ça. Paf. Y en a bien qui croient qu'ils vont gagner à l'Euro Million -hinhin-), etc etc.

- Le tas 3, le plus chiant : "Je garde ET j'emmène à Vancouver", sauf que le papier c'est lourd (d'ailleurs, faudrait penser à faire du papier léger tiens. OK, ça s'appelle un document Word, mais ça ne marche pas pour tout) : Supports de cours de français Langue Etrangère; Mes articles écrits pour Le Progrès, Abus de ciné et autre, ça peut servir; Mes contrats de travail, mes diplômes, etc. En gros, ce qui me servira à remplir mon dossier de Résidence Permanente, au cas zou.

Et donc, ranger, c'est bien, pasqu'on retrouve des trucs perdus ! Comme des bouts de gâteau dans un tiroir, des vieilles photos, des cartes de voeux. L'an dernier j'avais reçu UNE carte de voeux pour la nouvelle année. Manque de  bol, c'était une erreur. Enfin je crois. J'avais reçu une grande et belle carte personnalisée, avec dessus des photos d'un couple, Lionel et Valérie, avec leurs deux enfants. La carte était bien adressée à MOi : Hello Stéphanie, Ma rue, Lyon. Sauf que, bin, je les connais pas moi Lionel et Valérie. En plus, il n'y avait ni leur nom, ni leur adresse.

Alors si c'était pour ma narguer genre "Nous, on est super heureux avec notre petite famille", je vous merde ! Je leur enverrai bien une carte de Vancouver, genre "Il pleut je bois des bières il fait beau, je me baigne", eh eh, dommage que je n'ai pas leur adresse tiens.

Sur ce, j'y retourne, il me reste encore le côté gauche de mon bureau perso. Pfffff.

Publié dans Le Jour où...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
ouiiiiinnnnn !!!!!!!  (copyright)
Répondre
S
mais euuuuuhhhh
Répondre
A
ben c'est pas une critique euuuuh !
Répondre
S
je retrouve plus le code a changer, ça va hein  !
Répondre
A
Alors bon, c'est génial pour les daltoniens, le jeu consiste à savoir qui a ecrit quoi ... je reconnais Emile, et (pas sur mais..) Anne-so !je crois hein !
Répondre